J’ai soif de ta présence / I need Thee every hour

L’origine de ce chant nous vient des Etats-Unis, il a été composé en 1872 par Annie Hawks. Malgré les siècles et le temps qui passe, les difficultés de la vie ne changent pas, on passe tous par des hauts et bas. Mais Jésus est  Celui qui ne change pas, hier, aujourd’hui et pour toujours. Sa présence est précieuse, sa présence est tellement délicieuse que nous ne pouvons plus s’en passer une fois qu’on l’a goûtée. Oui, nous avons besoin de Jésus. Et nous aurons toujours besoin de Lui. Telles sont les paroles de ce chant en anglais :

  1. I need Thee every hour, most gracious Lord;
    No tender voice like Thine can peace afford.

    • Refrain:
      I need Thee, oh, I need Thee;
      Every hour I need Thee;
      Oh, bless me now, my Savior,
      I come to Thee.
  2. I need Thee every hour, stay Thou nearby;
    Temptations lose their pow’r when Thou art nigh.
  3. I need Thee every hour, in joy or pain;
    Come quickly and abide, or life is vain.
  4. I need Thee every hour; teach me Thy will;
    And Thy rich promises in me fulfill.
  5. I need Thee every hour, most Holy One;
    Oh, make me Thine indeed, Thou blessed Son.

L’adaptation française de ce chant nous vient du missionnaire Suisse Auguste Glardon (1829-1932), lorsqu’il était en mission en Inde. Ce n’était pas le fruit d’une simple traduction mais « mais de plusieurs expériences de foi profondément incarnées dans une réalité coriace… » Cet homme a vécu des moments difficiles : persécution, maladie tropicale,… Mais il a aussi été victime, lui et tout son village des ravages dûs aux  phénomènes météorologiques typiques des zones tropicales.

« C’est après la mort de son petit garçon de 5 ans, Adrien, que l’auteur exprime dans la dernière strophe son deuil douloureux et sa foi en un Dieu incarné dans toute notre réalité humaine: « Ô Jésus, ta présence, c’est la vie et la paix, la paix dans la souffrance et la vie à jamais. »

J’ai soif de ta présence,
Divin chef de ma foi,
Dans ma faiblesse immense,
Que ferais-je sans toi ?

Chaque jour, à chaque heure,
Oh ! J’ai besoin de toi !
Viens, Jésus et demeure auprès de moi.

Des ennemis dans l’ombre
Rôdent autour de moi,
Accablé par le nombre,
Que ferais-je sans toi ?

Pendant les jours d’orages,
D’obscurité, d’effroi,
Quand faiblit mon courage,
Que ferais-je sans toi ?

Ô Jésus ! Ta présence,
C’est la vie et la paix,
La paix dans la souffrance
Et la vie à jamais !

soif

Sources : Christian Glardon sur le Topchrétien, « mon voyage aux Indes Orientales », par Auguste Glardon (online books), wikipedia (Annie Hawks)